Christian Dior : l’histoire d’une révolution mode

En raison de la pandémie de maladie à coronavirus qui sévit présentement, ces activités sont reportées à des dates ultérieures. Restons à l’affût !

Fashion Preview – Annonce importante

Les 24 et 25 mars prochains, dans le cadre de l’événement Fashion Preview, la semaine de mode des créateurs de Montréal, Philippe Le Moult, conseiller de DIOR Héritage et Secrétaire général du Musée Christian Dior de Granville en France, sera en conférence afin de traiter de l’important héritage et du large patrimoine que legs Christian Dior aux futures générations.

Christian Dior est un grand couturier français né à Granville dans la Manche en Normandie en 1905. Sa famille, de riches industriels, se spécialise alors dans la fabrication d’engrais.

Il passe sa jeunesse dans la Villa des Rhumbs à Granville; superbe résidence qui surplombe la mer et qui ressemble à un manoir. Sa mère, Madeleine Dior qui est en admiration avec cette demeure, convint rapidement Maurice, son père, de l’acquérir.

La famille Dior s’installe par la suite à Paris en 1910 et cette maison leur sert de résidence secondaire jusqu’à la première Guerre Mondiale en 1914. La famille s’y repliera ensuite jusqu’à la fin.

De retour à Paris, Dior fait la rencontre durant les années folles notamment des poètes Max Jacob et Jean Cocteau.

Il ouvre, en 1928, une galerie d’art en compagnie de son ami Jacques Bonjean puis une autre en 1931 avec Pierre Colle dans le but d’exposer, autour des grands maîtres de l’époque telle que Picasso ou Dufy, les peintres qu’ils admirent comme Salvador Dali ou Max Jacob. En 1933, les galeristes organisent une grande exposition consacrée au mouvement surréaliste.

En 1934, la galerie d’art ferme en raison des contrecoups de la crise économique qui sévit en 1929. Par la suite, Christian Dior vit entre autres de la vente de quelques tableaux et dessine également des croquis de mode. Un ami, l’acteur Jean Ozenne, remarque son talent et l’encourage à proposer ses dessins.

M. Christian Dior dessinant photo Maywald

Photo © Association Willy Maywald /Adagp, Paris 2020.

Christian Dior réussit à vendre ses premiers croquis de robes et de chapeaux chez la modiste Madame Agnès. Il est ensuite embauché en tant qu’illustrateur de mode par le Figaro Illustré. Il fait alors l’heureuse rencontre du talentueux illustrateur Renato Zavagli-Ricciardelli delle Caminate, alias René Gruau.

Il crée également des costumes pour le cinéma et le théâtre et propose quelques croquis à de grandes maisons de couture de l’époque telle que Nina Ricci, Balenciaga et Schiaparelli.

En 1938, il entre chez le grand couturier Robert Piguet en tant que modéliste, dessinateur et il griffe alors trois collections. Il se fera connaître au début de la Seconde Guerre Mondiale. Il passe par la suite une année à servir la France durant la guerre puis est démobilisé. Il rejoindra ensuite sa famille dans le Sud du pays.

Il revient à Paris en 1941 et est embauché par Lucien Lelong, maison prestigieuse de couture de l’époque. À la fin de la Seconde Guerre mondiale en 1945, il fait la connaissance de Marcel Boussac, un vendeur de tissus que l’on surnomme alors le Roi du coton. Boussac croit en son grand talent et investit plusieurs millions de francs afin de lui offrir une maison de couture à son nom au 30, avenue Montaigne à Paris. Cette maison sera inaugurée en décembre 1946.

DEFILE AVENUE MONTAIGNE_hautes definitions_D026549

Photo : Pat English

Le 12 février 1947, c’est un tsunami de la mode qui s’abat sur Paris en cette période d’après Seconde Guerre mondiale. La silhouette des vêtements que propose Christian Dior, lors de la présentation de sa première collection, est révolutionnaire pour l’époque: la taille des corsages est maintenant cintrée, la poitrine est haute et ronde, les épaules plus étroites et les jambes sont couvertes par des jupes s’allongeant à 40 cm précisément au-dessus du sol.

La ligne Corolle de ses robes inspirées par les courbes des fleurs fait alors fureur. La ligne en forme de 8, qui est composée notamment d’un tailleur cintré et d’une jupe fuseau, est tout aussi impressionnante. Ces deux lignes directrices de la collection sont dès lors surnommées New Look par Carmel Snow, rédactrice en chef de Harpers’ Bazaar qui s’exclame le jour même : « It’s quite a revolution, dear Christian ! Your dresses are wonderful, they have such a new look ! »

Tailleur Bar photo_CD

Photo © Association Willy Maywald /Adagp, Paris 2020.

Christian Dior redonne alors à la haute couture sa part de rêve et aux femmes de l’époque le goût de plaire, de se vêtir élégamment et de susciter le désir masculin. Sous l’occupation allemande, le domaine de la mode est marqué par une pénurie de tissu. Dior créé cette collection en réaction à cette austérité.

Les collections suivantes sont toutes aussi fascinantes et donnent libre cours à l’imagination de Dior qui propose les lignes Zig Zag, Trompe l’oeil, Verticale, Naturelle, Topaze, Tulipe, H, A, Y, Libre, Fuseau et combien d’autres.

Il lance en 1947, une société de parfum et la première fragrance qu’il crée se nomme Miss Dior. Parfum nommé ainsi en hommage à sa sœur Catherine Dior. Il part, la même année, à la conquête des marchés de la mode aux États-Unis et ouvre Christian Dior New York Inc.

En 1948, il instaure une politique de concession de licences posant ainsi les fondements d’un empire. Il institutionnalise le concept de la franchise et le dépôt d’une marque en louant son propre nom pour griffer des items modes produits en grande quantité par des fabricants qui lui versent en retour des royalties. Modèle économique qui est novateur pour l’époque.

Christian Dior est maintenant connu mondialement et est le couturier chouchou des stars de l’époque telle qu’Ava Gardner, Marilyn Monroe, Liz Taylor ou Marlène Dietrich.

En onze ans de succès, son activité, dans le domaine de la mode, s’étale dans quinze pays et assure du travail à plus de deux mille personnes. En 1957, sa maison de couture représente plus de la moitié des exportations de la couture française. (1)

Cette période correspond à l’âge d’or de la haute couture en Europe. En effet, celle-ci débute en 1947 avec le lancement du new look pour se poursuivre jusqu’en 1957 avec le décès du couturier.

Cette décennie représente ainsi une période importante pour l’histoire de la mode, car la haute couture est en expansion à Paris et la capitale jouit d’une réputation internationale grâce aux célèbres maisons telles que celles de Balenciaga, Balmain, Givenchy et Dior.

En 1957, après avoir présenté sa collection intitulée Fuseau qui est dessinée en compagnie de son jeune assistant – un certain Yves Saint-Laurent – Christian Dior est foudroyé, à l’âge de 52 ans, par une crise cardiaque alors qu’il séjourne en Italie à Montecatini Terme.

Salut CD_article

Photo © Droits réservés

Yves Saint-Laurent est dès lors nommé directeur artistique. En 1958, il présente sa toute première collection intitulée Trapèze. Collection qui remporte immédiatement un immense succès. L’histoire s’écrira par la suite avec ses successeurs, Marc Bohan, Gianfranco Ferré, John Galliano, Raf Simons et aujourd’hui Maria Grazia Chiuri.

La Maison DIOR

Photographies courtoisie de Mode Avant-Première pour Fashion Preview

Sources recherche : Maison Christian Dior, Wikipédia et données statistiques (1)

Claire Wilcox, essais du catalogue, haute couture Paris, Londres, 1947-1957 L’âge d’or, Musée National des beaux-arts du Québec, 2010.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s