Cybercarnet

Remarquable édition de la nouvelle Semaine Mode de Montréal

La première édition de la nouvelle Semaine Mode de Montréal vient de se terminer dimanche dernier et quelle édition ! Organisée par mmode, la Grappe métropolitaine de la mode à Montréal, cette semaine se déroulait sur sept journées d’activités bien remplies et a permis aux designers de plus de 80 marques de proposer, sous un format libre d’expression, de découvrir leurs superbes collections et archives.

En passant par des visites en atelier aux défilés de mode, pop-up shops, conférences virtuelles variées, promotions, rabais de tous genres, expositions modes et panels de discussions, les professionnels du milieu de la mode et le grand public ont pu découvrir une mode québécoise des plus dynamiques et créatives.

Lundi 13 septembre en soirée, grâce à la magie de l’Internet, nous avons assisté virtuellement à un panel fort intéressant traitant de l’importance de la diversité et de l’inclusion dans le domaine de la fibre.

Animé par Zoé de la boutique Crochet & Co, les invités Jean-Philippe Cliche d’Atelier Cliché, Remy Savard de Les Sheependales, Tanya Courchesne, Lucinda Iglesias de Mont Tricot et Karine Jannard de deux mailles à l’envers s’entendaient notamment pour dire que cette connaissance de la diversité est un phénomène nouveau et que l’ouverture face à celle-ci demande un certain cheminement social. Le fait d’être authentique et soi-même mène graduellement à cette acceptation.

Mardi le 14 septembre en matinée, toujours via Internet, le forum de discussions orchestré par Debbie Zakaib, directrice générale de mmode et intitulé : Diversité & Inclusion Mmode 2021, composé de trois panels, a permis d’en apprendre un peu plus sur les sujets de la diversité corporelle, de l’ethnicité, de la diversité sexuelle et de genre.

Animé par la dynamique Mitsou Gélina, Mitsou Magazine, le premier panel traitant de diversité corporelle avait comme invités Jackie Tardif, présidente de bannière, Reitmans Vivianne Lachapelle, fondatrice de Lachapelle Atelier, Mahrzad Lari, fondateur de Wide The Brand. Ce panel nous a permis d’apprendre que les jeunes d’aujourd’hui acceptent en général beaucoup plus facilement leur corps et ses différences, plaçant ainsi l’individu au centre de celles-ci, ce qui a pour effet de procurer une mode beaucoup personnalisée, ce qui est une bonne nouvelle !

Animé par la pétillante Anne-Lovely Étienne, journaliste au Journal de Montréal le second panel avait comme invités Yves Ulysse, fondateur de M3/Mode Masculine Montreal, Rose Lyndsay Daudier, directrice générale chez Fusion Jeunesse et François Bousquet, directeur à l’école de mode du Collège LaSalle . Ce panel nous a permis d’apprendre que l’arrivée massive de l’Internet et par la suite la venue des nombreux réseaux sociaux ont modifié considérablement notre façon de communiquer, et de ce fait, ont nécessairement contribué à cette diversité grâce à l’influence sociale et culturelle qui provient de partout à la fois. Cet échange était des plus enrichissants et inspirants.

Animé par l’intéressante Chris Bergeron, conférencière et autrice, le troisième panel avait comme invités Katherine Homuth de Sheertex et Tammy Hattem fondatrice de uniformes Raphaël U. Ce panel a permis d’apprendre que, de nos jours, les jeunes désirent porter les vêtements qui leur conviennent peu importe le genre identitaire garçon ou fille ou bien le type de vêtements pantalon ou jupe. Ils veulent se sentir libres et confortables dans les modèles qu’ils choisissent d’où l’idée de lancer par exemple une collection non-genrée chez Raphaël U.

Mercredi le 15 septembre était présenté un webinaire destiné principalement aux détaillants et organisé par Détail Québec. Animé par Louise Labrecque, styliste mode bien connue, celui-ci traitait de l’importance de la couleur dans les commerces de détail. Plusieurs conseils ont été prodigués afin d’augmenter les ventes en magasin. Les couleurs nous parlent et ont un language. Madame Labrecque a traité entre autres de la colorimétrie. Les participants à ce webinaire ont pu également découvrir les tendances en matière de couleurs pour l’année 2022.

En après-midi, quelle belle visite au Centre Eaton de Montréal afin d’y découvrir la superbe exposition, issue de la collaboration entre Jean-Claude Poitras ambassadeur honorifique de la nouvelle route du coton et de l’Ambassade du Mali au Canada, intitulée : Le Mali des mes amours.

Jean-Claude Poitras c’est l’émotion en tout, la passion, la joie de vivre et surtout l’immense talent de ce créateur pluridisciplinaire sans limites. Cette touchante exposition plongeait littéralement le visiteur dans cette nouvelle route du coton par le biais d’une inspirante collection mode et maison.

Ce projet de nouvelle route du coton sert notamment à valoriser le travail et le savoir-faire antique des artisanes du Mali au Canada. Le but étant de bâtir des liens économiques et culturels entre ces deux pays afin de valoriser ce riche héritage culturel et ultimement commercialiser cette superbe collection.

Mercredi soir, le choix était varié afin d’assister aux différents événements modes à l’horaire ce jour- là. Sur invitation, c’est chez Anne-Marie Chagnon que nous avons découvert sa magnifique collection de bijoux A/H 2021.

C’était soir de fête, bien masqué, à l’atelier de cette joaillière de renom et, dans une ambiance survoltée, il était agréable de déambuler librement sur les lieux afin d’admirer sa nouvelle collection. Anne-Marie Chagon peint également de magnifiques toiles et se plaisait, ce soir-là, à s’exécuter de façon live, quel plaisir !

Jeudi 16 septembre, quelle belle découverte sur la rue Saint-Denis de Montréal que la marque de chauds manteaux d’hiver Manteaux Desloups, manteaux créés par la sympathique et éloquante Isabelle Deslauriers. Offerts en différents coloris, ces manteaux haut de gamme sont entièrement fabriqués au Québec.

Bref, ces quelques journées passées virtuellement et en personne à la Semaine Mode de Montréal nous ont permis de découvrir et d’apprécier tout le talent et le savoir-faire des nombreux créateurs québécois. Bravo et longue vie à cette nouvelle semaine de mode à Montréal qui, on le souhaite, se renouvellera bi annuellement ?…

Photographies travail personnel et François Berthiaume, Montréal, septembre 2021

Parachute bientôt à l’honneur au Musée McCord

Prometteuse exposition à venir au Musée McCord à partir du 19 novembre 2021 intitulée Parachute : Mode subversive des années 80. Si tout comme moi, cette période était votre période phare en matière de mode et d’habillement à Montréal, cette exposition vous parlera très certainement. Parachute était dans l’air du temps et se vêtir de cette marque signifiait bousculer les conventions établies, prôner également son adhésion à l’évolution des tendances du moment, démontrer un avant-gardisme certain et une affirmation de soi nettement visible.

Les débuts : Harry Parnass architecte et Nicola Pelly dessinatrice de mode se rencontrent lorsqu’ils travaillent respectivement pour l’entreprise bien connue Le Château, très complices au travail et par la suite compagnons de vie, ils quittent cette firme et fondent en 1977 la société Parnass-Pelly Limité. En 1978, ils ouvrent une première boutique située sur la rue Crescent à Montréal. Le style novateur et structurel de leurs vêtements capte rapidement l’air temps et fait instantanément fureur. La célèbre journaliste mode de l’époque feu Iona Monahan au journal The Gazette en fait également l’éloge et ses propos contribuent à propulser cette nouvelle marque vers le succès. Bien hâte de découvrir cette grande exposition !

https://www.musee-mccord.qc.ca/fr/expositions/parachute/

Source recherche Encyclopédie Mode Québec, Musée McCord, et afin d’en apprendre un peu plus :

https://encyclomodeqc.musee-mccord.qc.ca/fr/fiche/parachute/

Fabuleux Festival Mode plus Design 2021

Du 19 au 22 août dernier se déroulait à Montréal le Festival Mode plus Design 2021, volet extérieur. Et quel réel plaisir, après cette période de privation sociale, de se retrouver et de célébrer à nouveau la mode québécoise à son meilleur. Ayant assister aux deux premières soirées du FMD, quelques coups de coeur et impressions bien personnelles.

Le joyeux cocktail d’ouverture offert sous une pluie tantôt battante tantôt modérée n’a pas empêché les nombreux festivaliers VIP invités de réseauter et d’apprécier les défilés et prestations musicales présentés ce soir-là.

En début de soirée, l’intéressant défilé de Milo & Dexter démontrait bien l’esthétisme brut de la coupe des styles proposés ainsi que son intemporalité. Les créateurs de cette marque urbaine proposent des modèles basiques, classiques et de grande qualité visant l’essentiel, voire le vêtement du type utilitaire qui dépasse les modes en regard du temps.

Milo & Dexter https://www.miloanddexter.com/fr

Par la suite, la présentation du ludique et coloré défilé de la marque MAMÉ a su rapidement capter l’attention. Les deux créatrices Mélanie Loubert et Magalie Billardon proposent des modèles non-genrés, réconfortant pour tous types de corps et d’âges. Ceux-ci sont crochetés à la main, travail qui s’inscrit à merveille dans la mouvance du slow fashion. MAMÉ, cette jeune firme montréalaise, fondée en 2020, est en quelque sorte un enfant du confinement.

MAMÉ https://www.vetementsmame.com/

L’intermède de la soirée, le beau Moment Osheaga, permettait d’entendre en performance musical l’artiste Gab Godon alias Laroie et d’admirer notamment les splendides créations du talentueux designer de mode Helmer Joseph.

Vendredi 20 août, le sympathique défilé présenté en début de soirée par les participants en design de mode de Fusion Jeunesse démontrait tout le talent de cette belle jeunesse où l’éducation passe par l’apprentissage expérientiel. Institution valorisant l’engagement social et la persévérance scolaire, valeurs qui font la différence.

Fusion Jeunesse https://fusionjeunesse.org/

Par la suite, le défilé de la marque 1ER MAI était remarquable. Ysaline Lannes, créatrice de cette belle griffe, voit le vêtement comme un marqueur identitaire. Elle s’inspire notamment pour créer des codes des traditionnels uniformes de travail, du hip-hop et des courants modes de la contre-culture. Les styles en denim recyclés proposés sont tous fabriqués à Montréal et Ysaline Lannes travaille avec des techniques de métiers d’art tel que le macramé, la broderie et le patchwork.

Atelier 1er mai https://www.atelier1ermai.com/

Bien dans l’air du temps, le défilé de Girl Crush était festif, dynamique et amusant à regarder. Marque inspirant confort, bien-être et mouvement, les styles de catégorie loungwear proposés par ses deux créatrices Cindy Cournoyer et Lucie Rhéaume se portent aisément pour la vie de tous les jours et s’inscrivent merveilleusement dans ce désir de bien-être et bien paraître.

Girl Crush https://girlcrushgang.com/

Le moment fort de la soirée était sans contredit l’impressionnante présentation du défilé de mode des étudiants du Collège LaSalle de Montréal. Parcourant près de 3 kilomètres sur la rue Sainte-Catherine, en partance du collège et ce, jusqu’au Quartiers des Spectacles, les 80 mannequins, tous masqués, déambulants de façon distanciée, ont présenté tout le talent et le savoir-faire des étudiants en design de mode et ce, par une prestation à couper le souffle. Styles des plus créatifs, mise en scène songée, entraînante musique de fond et atmosphère du tonnerre ont fait de ce défilé un réel succès !

Collège LaSalle Montréal https://www.collegelasalle.com/ecole-de-mode-arts-design

Bref, un mémorable Festival Mode plus Design à la hauteur des attentes du public venu en grand nombre afin de festoyer, se divertir et découvrir tout le talent des nombreux créateurs québécois.

Festival Mode plus Design https://festivalmodedesign.com/

Photographies : François Berthiaume, Festival Mode plus Design, Montréal, 19 et 20 août 2021.

Le Festival Mode + Design 2021 se veut festif, rassembleur et plein d’espoir

Ce matin, c’était le dévoilement tant attendu de la riche et diversifiée programmation du plus grand festival mode, musique et arts de l’été, le Festival Mode + Design. Plus, car c’est maintenant son nom.

Présenté au Quartier des spectacles de Montréal, ce dynamique festival célébrera cette année sa 21e édition et proposera des 17 au 22 août 2021 une panoplie d’activités tant en ligne qu’extérieures.

Pour débuter ce festival en grand, les 17 et 18 août prochains, les festivaliers pourront assister via le Web à d’intéressantes tables rondes traitant de différents enjeux sociaux qui influencent les grandes tendances de société.

Des 19 au 22 août, la programmation extérieure mettra à l’avant-scène de talentueux artistes québécois à travers une foule d’activités tels que des défilés éclairs, des prestations musicales variées et spontanées, de l’animation visuelle, des espaces shopping et des événements surprises le tout présenté à travers des univers des plus créatifs.

Les festivaliers pourront ainsi découvrir cette année quatre univers diversifiés proposant quatre styles de vie bien marqués intitulés :

Énergie, cet univers inspirera la santé, le mieux-être et le sport.

Street, cet univers d’esprit underground inspirera des influences variées hip-hop.

Pop, cet univers invitera les fans de mode et de tendances de l’heure à venir faire le plein d’idées nouvelles.

Et Futur, univers qui incarnera la jeune relève, les dernières innovations et les différentes alternatives écologiques ainsi que sociales.

Chaque montage de ces univers aura son propre podium sur lequel se déroulera des prestations modes, de la danse et de la musique variées. Des boutiques seront aussi aménagées afin de proposer aux festivaliers des produits tendances afin de s’approprier ces modes de vie.

Parmis les créateurs présents notons Oscar Mendoza, Guillaum Chaigne, Lakuachimoto, Mamé, Pierre-Olivier Allard. Les prestations musicales notamment de Laroie, Shah Frank, DJ Karaba, Suray Sertin, Afrotonik contribueront à rehausser l’ambiance festive des lieux.

Lors du festival, l’exposition éphémère intitulée : Dior, Du croquis à la robe présentée par le Musée McCord permettra de découvrir les coulisses du monde fascinant de la haute couture.

Avec le soutien de la Ville de Montréal, le Groupe Sensation Mode, organisateur de l’événement, propose en collaboration avec Osheaga un défilé de mode grandiose intitulé : Au fil du temps présentant ainsi l’évolution de la mode des festivals telle que vue lors de la dernière décennie.

Bref, en cette période de crise et de profonds bouleversements, ce festival est bien adapté à l’air du temps, car il sera festif, rassembleur et surtout porteur d’un message plein d’espoir !

Programmation complète Festival Mode + Design :

https://festivalmodedesign.com/

Sources photographiques : Thara Communications

Un festival mode design innovant afin de mieux nous unir

Cette année le Groupe Sensation Mode, organisateur de l’événement Festival Mode & Design, célèbre ses 20 ans de succès. Pour cette occasion et en raison de la pandémie qui sévit toujours, ce festival dont le slogan est : transformé pour mieux rassembler se transforme et innove pour mieux nous unir. De ce fait, cet événement se nomme : Festival Mode + Design. Il sera donc plus le fun, plus coloré et diversifié menant ainsi à beaucoup plus de folies et de créativité. En juin dernier, l’organisateur annonçait également une collaboration entre le Festival Mode + Design et Osheaga, festival célébrant la musique et l’art.

C’est dans ce contexte que des 17 au 22 août 2021 se déroulera ce festival célébrant la mode, la danse, la musique et l’art. Dans un premier temps soit les 17 et 18 août prochains, les festivaliers seront invités à assister à une série de conférences diversifiées et de tables rondes traitant des différents enjeux sociaux et des grandes tendances de société. Par la suite, des 19 au 22 août prochains, selon les recommandations et règles de la santé publique, ce sera quatre jours de festivités extérieures qui attendent les festivaliers à la place des Festivals de Montréal.

Ceux-ci pourront ainsi faire de belles découvertes locales, admirer des œuvres d’art,  rencontrer des personnalités inédites, s’adonner à du shopping, assister à des défilés de mode, spectacles musicaux et de danse. Mais surtout cet événement rassembleur promet de raviver l’espoir en chacun de nous.   

Bref, restons à l’affût ce mois-ci afin de découvrir cette prometteuse programmation célébrant cette différence artistique, stylistique et courant de pensée qui nous rassemble tous !

Festival Mode + Design

Imagine Picasso

Lundi 14 juin dernier, se déroulait au Centre des Congrès de Québec le vernissage et la conférence de presse de l’exposition immersive Imagine Picasso. Présentée, en première Nord-américaine, jusqu’au 6 septembre 2021 cette émouvante exposition, réalisée par Annabelle Mauger et Julien Baron concepteurs et réalisateurs de l’exposition en collaboration avec l’architecte Rudy Ricciotti et l’historienne de l’art Androula Michael, plonge littéralement le visiteur dans l’univers fascinant du grand peintre cubiste et surréaliste de l’art moderne du 20e siècle Pablo Picasso.

Séparée en dix-sept périodes distinctes, de la vie du grand maître, cette immersion passe notamment par l’enfance du peintre aux périodes du cubiste, du réaliste, du surréaliste, des portraits de femmes à celle de la joie de vivre ainsi qu’à ses derniers moments d’existence. Ce sont donc plus de 230 oeuvres de l’artiste qui sont ainsi projetées sur d’immenses origamis en Images Totales afin de déconstruire et reconstruire l’oeuvre fabuleuse de Pablo Picasso.

La mise en scène de cette touchante exposition à l’avantage de ne posséder aucun centre ni périphérie, ce qui permet au visiteur de visualiser le parcours de celle-ci comme bon lui semble et d’apprécier sous un regard neuf les oeuvres peintes afin d’en apprécier tout le détail et le talent de l’artiste.

Inspirée du regard attendrissant de Picasso sur l’enfance, l’incroyable scénographie permet également d’ouvrir l’espace de l’émotion, de la rêverie et de l’admiration à tous incluant le jeune public et ce, quels que soit l’âge, la langue ou la culture affirme Annabelle Mauger réalisatrice de l’exposition. De ce fait, celle-ci a été réalisée de façon à ce qu’un enfant de l’âge de trois ans puisse en apprécier toute la beauté et l’émotion.

Lors de cette belle exposition, le public est invité à entrer dans l’espace immersif où l’oeuvre du grand maître entre en conversation avec celle de l’architecte qui a conçu le projet. La projection visuelle est accompagnée d’intéressantes oeuvres musicales des compositeurs contemporains de Pablo Picasso telles que le compositeur et pianiste Erik Satie ou bien Maurice Ravel. Surprenamment, le visiteur peut également lors de son parcours entendre les entraînantes mélodies de Sting.

Afin de permettre l’exploit technologique, Imagine Picasso devait disposer d’un espace de 4645 m² du Centre des Congrès de Québec. Cette grande salle est également éclairée par 80 vidéoprojecteurs en haute définition et techniquement les concepteurs du projet ont dû synchroniser le son multicanal en accord avec ces projecteurs.

Bref, si vous êtes de passage cet été ou habiter la belle ville de Québec et appréciez l’oeuvre de ce grand maître de l’art moderne, cette émouvante exposition immersive vous parlera très certainement.

Biographie de Pablo Picasso :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Pablo_Picasso

Photographies: travail personnel et François Berthiaume, exposition immersive, Imagine Picasso, Centre des Congrès de Québec, lundi 14 juin 2021.

Lorsque l’art rencontre la mode

Belle découverte récente à Québec que cette collaboration entre la créatrice de mode Carol-Anne Pelchat pour la griffe Chacal et l’artiste propriétaire Esther Garneau de la Galerie Zen.

Depuis longtemps Esther Garneau désirait voir ses œuvres prendre forme sur des vêtements d’où l’idée de collaborer avec Carol-Anne Pelchat. Une collection de 50 pièces uniques à impression textile a donc vue le jour. C’est ainsi que des leggings haut en couleur, de jolies robes, tuniques, tuques, mitaines, foulards, pantalons et masques de protection feront le bonheur des consommateurs de mode locale et éthique.

Certains intéressants motifs graphiques rappellent l’expressionnisme abstrait et la technique du dripping popularisée grâce notamment à l’artiste américain Jackson Pollock en art visuel de 1945 à 1950. Technique qui consistait à laisser tomber de la peinture ou bien de la lancer sur les toiles. De cette façon, des superpositions de couleurs s’y déposaient procurant ainsi un effet visuel novateur et du hors du commun.

Afin de concevoir cette collection, Esther Garneau a choisi un tissu de haute qualité écologique. Ce dernier a été fabriqué à l’aide de bouteilles de plastiques 100% recyclées. Ce qui représente un défi technologique de taille afin de réutiliser ces bouteilles. Pour cette galeriste engagée, il est nécessaire de faire des choix écoresponsables en regard de l’environnement et du développement durable.

Bref, une collaboration des plus inspirantes et bien dans l’air du temps !

Crédit photographies : Galerie Zen

CHACAL/E.GARNEAU | Monsite (chacalatelierboutique.com)

CHACAL – Galerie Zen

REPREVE® | Sustainable. Certifiable. Recycled. High-quality performance fiber.

Maya : un superbe voyage au pays d’une grande civilisation

Hier, 20 mai 2021, c’était jour de fête et réouverture officielle du Musée de la Civilisation de Québec. Pour cette occasion, Maya, exposition vedette est présentée jusqu’au 3 octobre 2021. Mercredi dernier, une visite médiatique a permis d’en apprendre un peu plus sur cette grande civilisation.

Cette impressionnante exposition plonge littéralement le visiteur au pays des Maya d’Amérique centrale, le Guatemala. Riche de 5 000 ans d’histoire, cette civilisation forme l’un des héritages culturels les plus riches de l’humanité. Son apogée se situe entre le 3ième et 8ième siècles de notre ère et son âge d’or se situe approximativement entre l’an 250 et 800. Cette civilisation était d’ailleurs parmi les plus avancées en Amérique de par le raffinement de sa culture.

L’entrée de la salle est une reproduction de l’entrée d’un temple maya.

Cette enrichissante exposition a été conçue par le MuseumsPartner d’Autriche en collaboration avec le ministère de la Culture et des Sports du Guatemala. Elle présente près de 300 objets trésors provenant du Musée national d’archéologie et d’ethnologie du Guatemala et de la Fondation La Ruta Maya. Cette exposition témoigne ainsi de la richesse culturelle de cette lointaine civilisation.

Plusieurs intrigantes statuettes, impressionnantes stèles de pierre, bijoux précieux sont présentés dans le cadre d’une pertinante scénographie riche en couleurs et en images.

Le parcours de l’exposition est divisé en douze thématiques révélant ainsi une grande civilisation qui est en union de corps et d’esprit avec l’environnement tropical dans lequel elle vit. Et quelques-unes de ces thématiques ont particulièrement retenu mon attention.

La première intitulée : À la rencontre des Maya propose au visiteur de découvrir 23 charmantes figurines provenant directement du site archéologique de El Perú au Guatemala.

La seconde thématique intitulée : La forêt tropicale humide est visuellement réussie, car elle permet de découvrir une civilisation mise au défi de se nourrir et de se loger dans une luxuriante forêt tropicale difficilement accessible et hostile en raison des nombreuses lianes et enlacements de racines qui s’y trouvent sans compter les éminents dangers des lieux.

L’agriculture chez les Mayas est une thématique intéressante qui permet de découvrir des méthodes de culture très avancée pour l’époque. Les Mayas font pousser du maïs, des haricots et des courges autant en milieu urbain que dans les champs. La culture du cacao est considérée comme luxueuse, ce qui permet de faire prospérer le commerce et l’économie locale.

La thématique intitulée : Des fermiers et des artisans révèle une civilisation qui cultive la terre, chasse, construit de modestes habitations et fabriquent la plupart des objets utiles à la vie de tous les jours. Les artisans les plus talentueux d’entre eux créent notamment de luxueux objets tels que de riches bijoux, de somptueuses tuniques et des tasses servant pour les boissons au chocolat qui, tous, sont réservés à la royauté. Chaque cité de l’époque est conçue de façon concentrique partant du palais royal. Les temples sont ainsi construits au centre et au sommet de hautes structures mises en étages tels que le propose la photographie suivante :

La thématique : Dieux et déesses mayas retient l’attention. Tout comme plusieurs grandes civilisations, les Mayas vénèrent une panoplie de dieux et déesses à savoir 8 000 tels que des mammifères, des reptiles, des insectes ou des êtres fantastiques comportant plusieurs visages. Ceux-ci peuvent, chez la croyance maya, à la fois changer de sexe ou se multiplier. Il existe par exemple un dieu pour la pluie, le commerce, la guerre, la fertilité…Ils sont mi-humain et mi-divin et chaque Dieu possède un caractère qui lui est propre.

L’écriture maya est la sixième thématique visitée et elle est impressionnante. Complexe, cette écriture est un don de dieu. Les Mayas sont également experts en mathématiques et en astronomie et leur système de numérotation est basé sur le nombre 20. La langue maya classique est parlée notamment par les nobles et les prêtres. Les scribes, personnes qui pratiquent l’écriture, écrivent sur des stèles et les souverains se servent de l’écriture hiéroglyphe pour démontrer leur autorité, communiquer des nouvelles importantes de leur règne et résumer les faits importants de leur vie.

La thématique intitulée : Divins rois et reines permet au visiteur de comprendre la magnificience de cette civilisation. Lorsqu’ils accèdent au pouvoir, les souverains mayas deviennent toujours selon la croyance de l’époque des demi-dieux. Les superbes vêtements tissés et luxueux bijoux qu’ils portent en font état et les distinguent du peuple, les fermiers et artisans.

La politique maya est une thématique pertinente, car elle permet de comprendre les enjeux politiques de cette époque qui sont, somme toute, similaires à ceux d’aujourd’hui. Une cité devient un royaume et elle entend prendre le contrôle de ressources naturelles tel que l’eau. Plusieurs guerres se succèdent ainsi. Quelques cités s’en sortent tandis que d’autres disparaissent. Les habitants quittent alors les lieux pour s’établir ailleurs.

Kawinaq : Toujours présents termine ce parcours de façon inspirante en proposant des objets et costumes dont la richesse et le dynamisme prouvent l’immense talent de la culture maya d’aujourd’hui. De superbes dessins tissés, de riches étoffes et un aspect visuel éclatant font de cette thématique un hymne à la beauté.

Bref, si vous êtes de passage par la belle ville de Québec ou y habiter et êtes fasciné par la culture maya, cette exposition vous parlera très certainement !

Crédit photographies : François Berthiaume, 19 mai 2021, Exposition Maya, Musée de la Civilisation de Québec.

Musée de la Civilation de Québec :

https://www.mcq.org/fr/exposition?id=868631

Seconde édition numérique de Fashion Preview

Très belle nouvelle que d’apprendre la tenue de la seconde édition numérique de Fashion Preview la semaine de mode des créateurs de Montréal qui aura lieu, cette saison, le jeudi 22 avril prochain dès 18 h 00 sur la plateforme web suivante :

FP2021 – Bientôt — Fashion Preview (fashion-preview.ca)

En cette période de crise et de profonds bouleversements sociaux causé par la pandémie que nous vivons présentement, une nouvelle réalité virtuelle s’impose maintenant à nous.

En ce sens, Fashion Preview réitère, cette saison, en proposant notamment de comprendre virtuellement le processus complet de création d’une collection, et ce, par le biais de visionnement de fashion films témoignant ainsi de la vision artistique de 20 talentueux créateurs de mode montréalais tels : Pascal Labelle, Gazelles, Guillaum Chaigne, Marigold, Lamarque, MasMontreal, Tristan Réhel, Genia Evelina, Bertrand La Ligne, Velvet Couture, Beurd, Kuwallatee,This Ilk, Guillotine, Marc Alexandrin, Crochet Mamé, J3L Lingerie, Kintsu, Summermemories jewelry et plus.

Également, Lolitta Dandoy, journaliste mode bien connue, animera une prometteuse conférence réunissant trois écoles de modes participantes dont l’École de Mode du Cégep Marie-Victorin, le Collège LaSalle de Montréal et l’École supérieure de mode de l’ESG UQAM.

C’est donc un rendez-vous virtuel le 22 avril prochain afin de découvrir tout le talent et le savoir-faire des créateurs de mode d’ici !     

Ouverture du premier Marché Adonis à Québec

Ce matin, 21 janvier 2021, ouvrait le tout premier Marché Adonis de Québec, pour le plus grand bonheur de tous les amateurs de produits multiculturels. Et ils étaient nombreux d’ailleurs à se réunir, en respectant les mesures sanitaires mises en place, afin de découvrir l’offre commerciale riche de plus de 34 000 produits variés. Bien connu à Montréal et ses environs, le Marché Adonis de Québec est le 15e magasin de cette chaîne d’alimentation.

Situé dans un environnement prisé de la ville soit tout près des Galeries de la Capitale, ce supermarché d’une superficie de plus de 48 500 pieds carrés offre à sa clientèle plus de 34 000 produits variés dont plus de 2 000 provenant du Québec. C’est donc une fascinante découverte d’une multitude de produits méditerranéens de niche.

En plus d’offrir un vaste choix de fruits et de légumes frais et exotiques, ce marché propose de succulents repas à emporter, un immense comptoir de noix et olives, un impressionnant comptoir de fruits de mer, un appétissant comptoir de fromages et une intéressante sélection de coupes de viandes fraîches ainsi que marinées. Une boulangerie où sont proposés gâteaux et pâtisseries attire inévitablement l’attention. Les délicieux pains pitas sont également fabriqués tous les jours sur place.

Bref, une belle nouvelle pour la ville de Québec. En cette période difficile, nos produits méditerranéens aux saveurs exceptionnelles sauront réconforter notre clientèle a précisé M. Zouhair Zouaoui directeur de la succursale.

Photographies : travail personnel, 21 janvier 2021, Marché Adonis, ville de Québec.