Cybercarnet

La mode 4.0 à l’ère de la quatrième révolution industrielle

Du 22 au 24 mai dernier se déroulait à la Maison du développement durable à Montréal un programme de formation et activités organisé par Vestechpro,  Centre de recherche et d’ innovation en habillement, intitulé : Stratégies Mode 4.0 et développement durable.

Le 24 mai, dernière journée d’activité, permettait aux membres des médias invités d’assister à l’événement de clôture à l’Institut du Tourisme et Hôtellerie du Québec, l’ITHQ.

DSC02091

Lors de cette après-midi riche en information, le panel d’experts composé de Steve Bérard, PDG de Vêtements SP et de Manuel Duran-Murray retenait particulièrement l’attention. Interviewé par Helen Brunet, chargée de projet chez Vestechpro, les deux invités ont tour à tour livré leur intéressant point de vue.

DSC02093

Mais ce qu’il faut savoir avant d’entrer dans le vif du sujet, c’est qu’en ce début de 21e siècle s’amorce mondialement une quatrième révolution industrielle de technologie numérique nommée Industrie 4.0 dans lequel humains et robots cohabiteront côte à côte afin de mieux servir l’industrie. Dans ce contexte l’industrie de la mode en fera nécessairement partie.

Si on recule dans le temps et ce jusqu’au 18e siècle, il y a eu à venir jusqu’à nos jours quatre révolutions industrielles importantes.

DSC02108

La seconde moitié du 18e siècle a vu naître la première révolution, soit l’industrie 1.0 par la venue de la mécanisation, de l’utilisation du charbon et des machines à vapeur. La seconde révolution, l’industrie 2.0, s’est amorcée au 19e siècle avec la découverte de l’électricité, la production de masse sous le modèle de Taylor et des lignes d’assemblage. La troisième révolution, l’industrie 3.0, s’est effectuée au milieu du 20e siècle par l’automatisation, la venue des ordinateurs, des composantes électroniques et des télécommunications.

Cette quatrième révolution industrielle, grâce notamment à l’Internet, se fait par une nouvelle façon d’organiser le mode de production à l’aide du monde virtuel, de la conception numérisée, de la gestion des finances et du marketing par le biais de produits et objets du monde réel dans le but d’attirer le consommateur par une offre commerciale personnalisée et unique. Dans ce cas, le volume de production est réduit d’où le concept de slow fashion et le défi sera désormais, pour les entreprises, de maintenir les profits.

Cette nouvelle façon de concevoir la production implique la prise en compte de l’aspect économique, social et environnementale de l’entreprise d’où émerge la notion de développement durable.

Vestechpro

Afin de faire face à cette grande révolution industrielle et tous les changements qu’elle comporte, les deux panélistes invités s’entendent pour dire qu’il est primordial, en tout premier lieu, de faire un diagnostic interne de l’entreprise et dans ce contexte, l’être humain fait partie intégrante de ce changement. Éduquer et former la main-d’oeuvre de demain sont au cœur des soucis de l’employeur.

Les nouvelles technologie de la révolution 4.0 gagneront à être testées en entreprise et afin d’éliminer le gaspillage, les employés devront être formés adéquatement.

Les panélistes invités constatent aussi que l’avenir du secteur de la mode passe définitivement par la robotique. Le travail avec ces nouvelles machines remplacera dorénavant l’humain d’où la nécessité de former la main-d’oeuvre afin d’opérer adéquatement ces nouvelles machines. Les écoles devront également y contribuer.

Les choix écoresponsables que feront les entreprises en regard de l’environnement son important et immédiat. Ce grand virage de l’industrie 4.0 se fera toutefois graduellement.

L’aspect politique joue un rôle majeur et une certaine volonté doit être palpable. En ce sens, l’aide gouvernemental financier reste indispensable.

Depuis la délocalisation de la production en série vers des pays où le coût de la main-d’oeuvre est bas en raison de la mondialisation des marchés, la recherche et le développement de produits modes se font de plus en plus à l’interne et ce mouvement se continue afin de procurer une valeur ajoutée au produit.

IMG_6457

Bref, de belles rencontres et surtout de riches connaissances sur cette fascinante révolution industrielle qui s’amorce présentement.

Source recherche, Wikipédia, l’encyclopédie libre.

Industrie 4.0

Centre de recherche et d’innovation en habillement

Vestechpro

Photographies, travail personnel, ITHQ, Montréal, 24 mai 2019.

Photographie table ronde fournie par Vestechpro, Centre de recherche et d’innovation en habillement.

Remarquables prestations des finissants de l’École supérieure de mode ESG UQAM

DSC01641

Jeudi 25 avril dernier, c’était soir de fête et pour cause, car les finissants des trois concentrations de l’École supérieure de mode ESG UQAM de l’année 2019 s’étaient donné rendez-vous afin de présenter fièrement leurs projets de fin d’études devant une foule enthousiaste venue assister à l’événement MÔMENTUM lancement et exposition.

Lors de cette remarquable soirée, huit finissants en design et stylisme de mode ont proposé, sous forme de défilé de mode statique et d’exposition, leurs impressionnantes créations. Les sources d’inspirations d’un designer sont nombreuses et variées et les créateurs de demain en ont bien fait la preuve.

Inspiré par le thème Illness Hill, Pierre-Olivier Allard s’est laissé guider pour créer par la maladie, de ce qu’elle comporte et de cette lutte silencieuse pour s’en sortir. Inspiré aussi par cette cliente bourgeoise retraitée à qui on a prescrit, en tant que remède, grand air, repos et immobilité.

Les matières utilisées pour cette impressionnante collection telle que la laine, la soie, les effets plissés et les volumes proposent l’état trouble de la patiente. En opposition, le vêtement suggère la dégradation progressive de l’état physique de celle-ci qui porte en elle une psychologie de combat toujours forte.

DSC01584

Olivia Bretheau Bidon s’est inspirée quant à elle pour créer du thème intitulé Stimulation bicéphale. Tel un laboratoire médical, des dentiers, des empreintes, des formes organiques, des couleurs cliniques, de la soudure et des petits outils forment cet univers éclaté.

C’est ainsi que prennent vie des styles colorés aux matières plastiques et de type métallique. Des câblages et développement de mécanismes songés donnaient le ton à l’ensemble de cette audacieuse collection.

DSC01564

Juliette Jorane Charron s’est inspirée pour créer du thème Motherland duquel elle puise un souvenir d’enfance assumé, transformé et raconté en images.

Sous ce thème, la créatrice explore la garde-robe chère aux baby-boomers de l’époque et développe une satire bien personnelle de cette génération. De facture environnementale, cette collection met en évidence le travail recyclé d’un tailleur fait main ou bien d’un pull-over offert en cadeau par grand-maman.

DSC01586

Le travail de Guillaume Delisle est impressionnant, car inspiré pour créer du thème Conjuration, ce dernier réinterprète de façon admirable le mouvement artistique romantique propre au 19e siècle. Période historique trouble ou démesure et tourmente donnaient le ton au bon goût du moment.

Inspiré par les tableaux de William Blake, de Goya et de Johann Füssli, l’univers froid de Delisle se veut ténébreux et ludique à la fois. L’utilisation de la fourrure et des plumes permet de présenter l’aspect bestial illustré dans les oeuvres de ces grands maîtres.

DSC01571

Alexis Fontaine-Sylvestre s’est inspiré pour créer du thème Au paradis, tout va bien. Cette collection puise ses racines de la vie mélancolique que le créateur a vécue dans une jolie banlieue boisée, de ses soirées télévisions casanières passées en famille et de ses souvenirs de jeunesse.

Des jeux de substitution de la structure textile sont les éléments-clé de la réflexion du créateur. Les coupes structurées et l’effet de transparence de l’ensemble procure à cette collection une intéressante modernité.

DSC01582

Le thème Li+ fait référence à la santé mentale et plus particulièrement aux troubles bipolaires. Carl-Olivier Henry propose, pour cette collection, un univers technique et géométrique comportant des habits professionnels traditionnels.

Au lieu d’opposer les contradictions de ses troubles mentaux en les représentants, Henry mise plutôt sur l’intégration homogène de la variété de cette garde-robe. La cohérence et la fonctionnalité de celle-ci permettent de défier le soi-disant statu quo social lié aux troubles de bipolarité.

DSC01566

Noémie Vallières s’est inspirée pour créer du thème Qualia. Mot qui symbolise cette  perception bien personnelle du monde extérieur qui nous entoure selon notre vécu et notre bagage.

Cette collection est inspirée du spectre de lumière, telle notre vision du monde, de la flore et des expériences sensorielles et émotionnelles qui nous habitent. Celle-ci est réalisée dans des matières nobles. Des jeux de volants, des coupes en biais et l’utilisation d’une technique de transfert d’image à l’acétone, permettant l’insertion de motifs imprimés floraux, donnent le ton à cette vivante collection.

DSC01590

Sarah Danis-Cyr a signé ses créations sous le thème Trouble et celles-ci sont LE coup de cœur personnel de la soirée pour la simplicité des modèles proposés, l’épuration des styles et en même temps la recherche, la créativité et la cohérence qui s’en dégage.

Trouble part du concept ou la réalité reflète ce que notre cerveau veut bien percevoir. Or, il en est tout autrement en raison de la distorsion visuelle et notre capacité à rêver de façon éveillée, donc plus cette distorsion devient grande, plus le cerveau devient trouble et instable, d’où cette idée de brouillement.

DSC01573  DSC01628

Les finissants des concentrations commercialisation et gestion industrielle de la mode ont présenté leurs projets de recherche réalisés en équipe. Projets finaux d’études qui ont pris la forme de projet de recherche, de consultation d’entreprise, de plan d’affaires, de développement technologique, de nouveau produit ou de projet de l’organisation de l’événement final.

Tous plus intéressants les uns que les autres, ces projets ont permis aux finissants de développer leurs compétences acquises afin de préparer ceux-ci à affronter le compétitif domaine de la mode et ce, tout en travaillant en équipe et souvent sous pression.

Bref, de mémorables moments passés en leur compagnie à découvrir leurs fabuleuses créations et leur capacité à innover en tant que futurs gestionnaires de la mode.

DSC01631

Photographies, travail personnel, 25 avril 2019, Musée d’art Contemporain de Montréal.

Une formidable incursion dans l’univers du métier de styliste mode

Toujours un plaisir que d’assister aux conférences animées par le journaliste mode bien connu Stéphane Leduc. La conférence de mercredi 3 avril dernier n’y faisait pas exception, car était présenté au Musée McCord de Montréal une fascinante incursion dans l’univers glamoureux du métier de styliste mode.

DSC01464

C’est ainsi que Sabrina Deslauriers, agence TEAMM, Cary Tauben, Folio Montréal, et Martin Charbonneau, consultant en shopping personnalisé chez Holt Renfrew ont tour à tour parler de leur fascinant parcours.

Ce type de fonction, de l’industrie de la mode, demande bien évidemment d’être capable de travailler en équipe avec les photographes et maquilleurs professionnels en studio. Une tendance de la demande se dessine aujourd’hui en trois types de mandats différenciés à savoir les stylistes qui collaborent avec les célébrités, ceux qui collaborent pour les magazines de mode et il y a les mandats spéciaux pour des équipes sportives ou autres formes de collaboration.

Sabrina Deslauriers cumule plusieurs années d’expérience dans le domaine. Pour elle, ce métier est avant tout la capacité de mettre en valeur une création afin d’en construire un univers thématique exclusif. Celui-ci demande, c’est certain, beaucoup de travail et il est primordial lors d’un l’accomplissement d’un mandat d’être bien à l’écoute des besoins du client. Elle habille des célébrités telles que Béatrice Martin alias Coeur de Pirate, Valérie Roberts, Sarah-Jeanne Labrosse.

DSC01466

Fort sympathique et d’une excentricité bien assumée, Cary Tauben inspire par sa personnalité flamboyante et remarquable. Ses sources de création lui viennent principalement de son environnement, des lieux qu’il fréquente et qui l’entoure. Il admire tout ce qui est fantaisiste et différent. Il aime raconter, par son travail, une histoire via les images qu’il réalise. Pour lui, la passion du métier est la clé de la réussite et il garde toujours en tête que c’est le client qui a raison.

DSC01484

Martin Charbonneau est styliste personnel depuis 15 ans et est consultant chez Holt Renfrew. De personnalité extravertie et au verbe facile, sa prestigieuse clientèle comprend des gens aisés du milieu des affaires et des personnalités connues telles qu’Isabelle Hudon, ambassadrice du Canada à Paris. Par ce travail, le styliste mode entre dans l’intimité des gens, explique-t-il. Cette fonction demande donc beaucoup de doigté, de discrétion, de professionnalisme et une bonne dose de psychologie. Il est aussi important de mettre les gens à l’aise ainsi ils vous feront confiance et adhèreront plus facilement à vos propositions.

DSC01523

Les sources d’information des stylistes sont nombreuses et variées et ceux-ci s’inspirent de tout ce qui les entourent pour créer, tant ici qu’à l’étranger, que ce soit au niveau social, artistique ou culturel, une image, une émotion ou un lieu précis tout à la fois peut les inspirer.

Poser la question à savoir quels sont les conseils prodigués à des personnes aspirant à devenir stylistes modes. Tous s’entendent pour dire que définitivement lorsque l’on débute dans le domaine, il est nécessaire de passer par l’étape d’assistant styliste afin de bien comprendre et apprendre tous les rouages de l’industrie et de ce métier. Le réseautage est aussi une bonne façon d’entrer dans le milieu.

DSC01521

Bref, une mémorable soirée passée en la compagnie de ces pros de l’image !

DSC01527

De gauche à droite : Sabrina Deslauriers, Martin Charbonneau, Cary Tauben et Stéphane Leduc.

Photographies, travail personnel, Musée McCord, Montréal, 3 avril 2019.

Une mode qui bouscule et dérange

Mardi 26 mars 2019 était présenté au Collège LaSalle de Montréal une pertinente conférence bilingue concernant une tendance actuelle captant bien l’air du temps qui bouscule et dérange.

DSC01418

Animé par Debbie Zakaib, directrice générale chez mmode, cette intéressante conférence a permis de découvrir les univers éclatés de quatre panélistes de choix et anciens étudiants du collège bien engagés dans leur milieu.

DSC01453

C’est ainsi qu’Hannah Rose Dalton et Steve Raj Bhaskaran créateurs de la marque FECAL MATTER, Rosalie Lemay designer de la griffe Pretend Play et Estelle Gervais, rédactrice en chef du magazine international THEFINEPRINT ont partagé leurs visions éclairées de cette tendance excentrique et rebelle du moment défiant ainsi tous les règles et codes de ce qui se veut acceptable socialement. Cette audacieuse mode intrigue, choque, dérange, provoque et fait parler d’elle grandement. Elle ne laisse à coup sur personne indifférent.

De toutes les époques, le phénomène mode a bousculé et renversé les codes établis. Pensons au courant de mode des Incroyables et des Merveilleuses au 18e siècle, sous le Directoire, en France ou bien à celui de la mode punk apparue en Angleterre au milieu des années 1970 par le biais de groupes musicaux tels que les Sex Pistols pour s’en convaincre. Vivianne Westwood, cette créatrice de mode septuagénaire engagée, a bien capté d’ailleurs à l’époque cette mouvance.

Retour en images sur cette captivante après-midi.

DSC01440

Étonnamment terre à terre et allumés, dans leurs propos, pour leur jeune âge et en regard de leurs audacieuses tenues vestimentaires, le duo FECAL MATTER a partagé avec un public attentif sa démarche créative, ses sources d’inspiration dont sans étonnement le travail du créateur belge Martin Margiela et leur vision éclairée du monde qui nous entoure. Cette vision d’ailleurs du développement durable est également présente chez eux en s’efforçant notamment de raccourcir au maximum le cycle de production d’un vêtement. Pas étonnant que le compte Instagram de cette marque compte plus de 425 mille abonnés étant donné l’engagement inconditionnel des générations Y et Z pour l’environnement.

Demander à ce duo de créateurs spontanément un mot-clé afin de définir la mode, c’est le mot business qui leur vient tout de suite en tête. C’est donc dire à quel point leur démarche est réfléchie.

Articulée, politisée, assumée complètement et audacieuse comme pas une, Rosalie Lemay attire l’attention par son allure mi théâtral et mi spectacle. Elle a partagé avec le public présent son grand engagement social, politique et culturel, expliqué sa démarque artistique et sa vision personnelle du phénomène mode telle que nous le connaissons aujourd’hui.

DSC01438

Estelle Gervais a vanté, et avec raison, le succès international et hors du commun du magazine THEFINEPRINT en mentionnant à quel point les gens s’intéressent à tous ce qui nous entoure. Ils sont curieux d’en apprendre davantage et aiguisent constamment leur esprit critique concernant les nouveautés, les mouvements culturels et sociaux qui marquent notre époque.

DSC01436

Bref de mémorables moments passés en leur compagnie !

DSC01455

Photographies, travail personnel, Collège LaSalle, Montréal, 25 mars 2019.

FECAL MATTER

Pretend Play

THEFINEPRINT

Une mode qui dérange

Mardi 26 mars prochain, se déroulera au Collège LaSalle de Montréal, un prometteur panel. Animé par nulle autre que madame Debbie Zakaib, Directrice Générale chez mmode, ce panel permettra de découvrir les univers éclatés et novateurs de quatre personnalités influentes et anciens étudiants du collège des arts et de la mode.

FECAL MATTER, duo de créateurs, c’est l’excentricité à son comble. Marque qui ne laisse personne indifférent par son style provocateur, Rose Dalton et Steve Raj Bhaskaran s’inspirent de tout ce qui est extrême et bizarre pour créer, de cette relative beauté de toutes choses qui s’exprime dans la vie, la mort et aussi entre les deux.

Rosalie Lemay, artiste multidisciplinaire et styliste, c’est l’engagement pour le mouvement slow fashion, c’est ce mixte entre punk, grunge et pop culture. Depuis 7 ans, elle signe ses créations pour la marque Pretend Play. Inspirée par des pièces vintages qu’elle taillade, retravaille et distribue, elle provoque, émeut et capte l’air du temps par sa vision très lucide.

Estelle Gervais, rédactrice en chef de THEFINEPRINT, magazine dédié à l’art et la mode pose un regard critique de tous ce qui nous entoure. Magazine engagé, il traite bien sûr de mode, mais aussi de graphisme, de mouvements sociaux et d’impacts politiques.

Bref, bien hâte d’assister à cette excentrique conférence !

La mode qui dérange

Fashion Preview 11e édition : créativité, audace et authenticité

Mercredi 20 mars 2019, tout le Montréal Fashion se donnait rendez-vous à la Société des Arts Technologiques de Montréal, la SAT, afin de célébrer la mode et le talent d’ici.

C’est dans une ambiance survoltée dans le cadre de l’événement Fashion Preview que Denis Gagnon, Jessy Colucci, Janie McLauglin et MARKANTOINE ont présenté, pour le plus grand bonheur de tous les fashionistas réunis, leurs nouvelles collections A/H 2019-20.

Les étudiants de trois écoles de mode dont l’École Supérieure de Mode  ESG – UQAM le Collège LaSalle et le Cegep Marie-Victorin ont également proposé, sous forme d’expositions et de prestations éphémères, leurs visions éclatées de la mode de demain.

DSC01369

DSC01337

DSC01266

Les créateurs d’ici débordent de talents, de créativité et de savoir-faire et la saison prochaine ne fait pas exception. C’est dans cette vision novatrice que ceux-ci ont présenté des styles aux coupes réfléchies, aux couleurs chatoyantes et aux accents culturels venus d’ici et d’ailleurs donnant ainsi le ton à cette enivrante soirée.

Denis Gagnon a ouvert cette 11e édition avec brio en étonnant avec joie le public réuni en proposant des styles colorés et rafraichissants pour la saison à venir. Tel un arc-en-ciel de couleurs, défilaient sous nos yeux enchantés des modèles d’une belle ampleur notamment aux coupes A, tantôt à effets optiques de rayures horizontales, verticales et obliques surprenantes et tantôt au métissage de styles et de genres songés, tel que le créateur sait nous les offrir. De remarquables jupes à plis soleil portées sur des fuseaux donnaient aussi le ton à cette prochaine saison.

Coup de cœur perso définitivement pour cette éclosion de couleurs vibrantes !

DSC01325  DSC01302

Denis Gagnon_2  Denis Gagnon_1

Jessy Colucci créateur de la marque PROCESS VISUAL a proposé des modèles pour hommes et femmes étonnants aux coupes songées, aux savants mélanges de drapés, de nouages et de boucles de ceinture savamment placées. Certains styles arboraient d’intéressantes manches aux larges poignets et plusieurs autres étaient croisés à l’avant et retenus par un large ceinturon procurant ainsi à cette collection un superbe parfum d’Orient et une allure résolument moderne et intemporelle.

L’utilisation de matière de type satin procurait aussi sensualité et vibrance à cette belle collection. Un audacieux mélange des genres féminin masculin, bien dans l’air du temps, rendait celle-ci audacieuse et éclatée.

Coup de cœur perso définitivement pour les coupes et nouages des modèles présentés !

DSC01349  DSC01357

Visual Process_3

Jannie McLauglin a présenté une collection féminine à souhait ou de belles robes cocktails et de soirée notamment d’inspiration charleston, de modernes jumpsuits et des ensembles aux couleurs chatoyantes telles que le violet, le mauve et bleu roi donnaient le ton à ce charmant défilé.

Coup de cœur perso pour cette jolie robe cocktail à bustier !

DSC01385  DSC01388

Janie McLaughlin_3

Markantoine Lynch-Boivert a clôturé, de main de maître, la 11e édition de Fashion Preview en présentant un défilé éclaté à la hauteur des attentes du public venu nombreux pour assister à cette grande prestation.

Quelques modèles arboraient, avec bonheur, un blanc lumineux pour l’automne prochain. Des styles coupés dans un superbe tissu au motif floral imprimé lime et noir procuraient cet esprit gothique exotique propre à la marque. De lumineuses couleurs florescentes très tendances, des carreaux d’inspiration britannique, de larges t-shirts aux slogans engagés donnaient le ton à ce défilé un brin punk rempli d’une créativité débordante pour assurément beaucoup de talent chez MARKANTOINE.

Coup de cœur perso pour les modèles coupés dans des matières blanches à la luminosité automnale éblouissante !

Markantoine_1  Markantoine_3

Markantoine_4  Markantoine_5

Bref, quatre intéressantes collections de grande qualité et originales présentées pour une mémorable soirée passée chez Fashion Preview, 11e édition !

Photographies, travail personnel, Fashion Preview, SAT, Montréal, 20 mars 2019.

Crédit photos : photographies authentifiées Fashion Preview : GRL photographie

Janie McLaughlin, un nom à découvrir

Dans le cadre de la 11e édition de l’événement Fashion Preview présenté le 20 mars prochain, Janie McLaughlin, créative designer de sa marque éponyme, présentera sa nouvelle collection A/H 2019-20 pour le plus grand bonheur de tous les fashionistas réunis ce soir-là.

Passionnée par l’art et la mode depuis toujours, elle poursuit des études en design de mode au Campus Notre-Dame de Foy de Québec. Elle présente par la suite une collection A/H en février 2014 lors du Ottawa Fashion Week. Forte de ce succès, elle démarre son entreprise de vêtements et service de couture au Nouveau-Brunswick, province d’où elle est originaire.

Janie_vêtement dos

Désirant parfaire ses connaissances du domaine, elle entreprend en 2015 des études universitaires à l’École Supérieur de mode ESG – UQAM. C’est lors d’un stage de formation au théâtre de la Monnaie à Bruxelles en Belgique qu’elle développe un style bien personnel.

Aujourd’hui, sa mission en tant que leitmotiv est de créer des modèles et accessoires uniques en leur genre, de bonne qualité à partir de matières textiles qu’elle réinvente et imagine. Styles tous confectionnés au Canada.

Bref, bien hâte de découvrir cette prometteuse collection !