Cybercarnet

Thierry Mugler – Couturissime : poétique et superbe exposition

DSC00907

Mardi 26 mars 2019, c’était jour et soir de fête au Musée des beaux-arts de Montréal, car se déroulait, en avant-midi, la conférence de presse en la présence de Thierry Mugler, et se tenait en soirée le très attendu vernissage de la grande exposition hommage consacrée à son génie créatif intitulée Thierry Mugler : Couturissime. Une foule impressionnante s’était d’ailleurs assemblée en soirée pour ce mémorable événement.

Cette grande exposition retrace la carrière et l’oeuvre de ce génie créateur à l’imaginaire particulier, débordant de poésie et de sensualité qui a marqué l’univers collectif de la mode et de haute couture de 1967 jusqu’à son départ du domaine en 2002. Cette exposition révèle également les multiples talents du créateur qui est grand couturier français, metteur en scène, photographe et parfumeur.

DSC00964

Pour  cette occasion, c’est plus de 150 tenues, restaurées et exposées, pour la première fois devant public qui ont été créées entre 1977 et 2014. De nombreux accessoires, costumes de scènes, vidéos, archives et croquis sont également présentés.

Le grand public pourra également admirer une centaine de tirages rares des plus grands artistes et photographes de mode tels que Jean-Paul Goude, Karl Lagerfeld ou Max Abadian. Une galerie entière est aussi dédiée à l’heureuse collaboration entre Thierry Mugler et le photographe Helmut Newton.

Cette riche exposition est divisée en six thématiques telle une pièce de théâtre divisée en six actes différents.

L’acte premier intitulé MACBETH & LADY M raconte la triste histoire de La tragédie de Macbeth, pièce écrite par William Shakespeare en 1606.

Cette histoire raconte le destin de Macbeth, chef des armées victorieux à l’époque de l’Écosse médiévale.

DSC00976

Dans cette salle d’exposition, le visiteur pourra admirer les hallucinantes créations réalisées en 1985 pour la Comédie Française lors de la présentation du Festival d’Avignon.

Les imposants costumes fabriqués de cuir et de métal représentent des armures et cuirasses magistrales laissant apparaitre des pourpoints-musculatures étonnants.

Une oeuvre numérique réalisée par Michel Lemieux, concepteur et réalisateur bien connu, est projetée virtuellement sur le mur du fond de la salle. Intitulée La dissolution de Lady Macbeth cette réalisation est troublante et fascinante à la fois.

L’acte second intitulé LA MODE MISE EN SCÈNE est nettement plus joyeux. Déclarant que sa seule vraie vocation est le spectacle, Thierry Mugler conçoit en 1984, dans le cadre du 10e anniversaire de sa maison de couture, un défilé-spectacle, opératique, qu’il ouvre au public afin de présenter sa collection A/H lors de l’inauguration du Zénith à Paris.

DSC00982

Le podium du défilé se transforme alors en comédie musicale, écran hollywoodien et cabaret des plus glamours, ses mannequins incarnant ainsi des personnages de science- fiction et de superhéroïnes bien assumées remplies d’humour.

Durant cette époque, les vêtements de Mugler sont portées par des célébrités telles que David Bowie, Diane Dufresne, Céline Dion, Madonna et Beyoncé.

L’acte trois intitulé BELLE DE JOUR & BELLE DE NUIT plonge littéralement le visiteur dans l’univers réinventé par le créateur de la décennie 1970. À contre-courant des modes du temps, il propose la femme glamazone, celle qui se veut moderne, chic, urbaine et fantaisiste à la fois. Désormais, pour Thierry Mugler, le pouvoir de la séduction féminine rime avec réussite professionnelle.

Le style power dressing est à l’honneur. Par ses coupes anatomiques imposantes, ses silhouettes architecturales, ses immenses chapeaux, ses épaules bien marquées, ses robes moulantes, ses rutilants corsets et ses interminables cuissardes, la femme Mugler est assumée et en pleine possession de ses moyens.

L’acte quatre intitulé DANS L’OEIL DU PHOTOGRAPHE plonge maintenant le visiteur dans l’univers de la photographie de mode. Remplaçant désormais les illustrations popularisées durant les années 60, le rôle des rédacteurs en chefs des magazines est dès lors de soutenir les jeunes créateurs, mannequins et photographes de mode.

DSC01011

L’acte cinq intitulé MÉTAMORPHOSES permet de découvrir un monde animal fascinant. Depuis toujours Thierry Mugler s’intéresse à ce qu’il appelle le plus bel animal au monde soit l’être humain. Selon lui, la séduction fait référence au monde animal qui l’inspire à concevoir des créations fantastiques. Quatre collections voient ainsi le jour et marquent cette fascination.

Il conçoit en 1989, Les Atlantes une collection ou des nymphes aquatiques peuplent les fonds marins de leurs costumes. Bustiers coquillages, jupes paréo et robes à effet de raie manta, basques superposées sur les hanches de ses tailleurs font de ces muses des personnages marins plus grands que nature.

DSC01047

La collection Le bestiaire que Mugler réalise est inspirée des insectes, reptiles, oiseaux et papillons. Novateur, Thierry Mugler utilise des matières synthétiques afin d’imiter les pelages et carapaces.

En 1997, la collection Les Insectes comprend, à son tour, de spectaculaires robes fourreau dont la matière utilisée rappelle sans contre dit la carapace de ceux-ci.

DSC01055

La collection A/H 1997-98 La Chimère présente une créature tirée tout droit de la mythologie possédant une armure articulée, des écailles brodées de cristaux, de faux diamants, de plumes et de crin de cheval. Création qui a demandé, on s’en doute bien, des milliers d’heures de travail.

DSC01063

L’acte final de cette fabuleuse exposition intitulée COUTURE GYNOIDE & FUTURISTE est impressionnant à voir en raison des silhouettes aérodynamiques et robotiques des costumes qui s’en dégage.

La collection anniversaire, A/H 1995-96, des 20 de la maison de couture, propose La Mashinenmensch cette femme-robot qui est un chef-d’oeuvre de réalisation de par sa technique inédite de bustier coulé en chrome et de sa combinaison fabriquée en plexiglas.

DSC01083

En 1989, Thierry Mugler présente sa collection Hiver Buick, afin de rendre hommage à l’Américain Harley J. Earl, qui a dessiné les légendaires ailerons des Cadillac Eldorado en 1959. Il conçoit alors de façon humoristique des robes fourreaux amovibles, des bustiers dits pare-chocs, des ceintures d’allure radiateur et des sacs munis d’ailerons.

DSC01087

Bref, une surprenante exposition, remplie de poésie, définitivement à voir pour tous les amoureux d’art, de beauté, de mode, de créativité, d’avant-gardisme et d’humour!

DSC01077

Photographies, travail personnel, Musée des beaux-arts de Montréal, 26 février 2019.

Karl Lagerfeld : une légende de la mode nous a quittés

Mardi le 19 janvier dernier s’est éteint à Neuilly-sur-seine en France à l’âge vénérable de 85 ans, le légendaire Karl Lagerfeld, de son véritable nom Karl Otto Lagerfeldt.

Né à Hambourg en Allemagne, il se découvre très tôt une passion pour le dessin. C’est lorsqu’il accompagne sa mère à un défilé de mode, celui de Christian Dior, qu’il dessine ses premiers modèles.

il migre par la suite, avec elle, à Paris en 1952 et il étudie dans une école privée, puis au lycée Montaigne. Il travaille ensuite en tant qu’illustrateur de mode et s’installe à Paris en 1954 dans un hôtel particulier. Cette même année, il remporte le premier prix du concours du Secrétariat international de la laine initié par Woolmark pour la création d’un manteau couleur jonquille décolleté en V au dos. Prix remporté ex aequo avec le non moins célèbre créateur de mode Yves Saint-Laurent.

Le grand couturier Pierre Balmain, faisant partie ce jour-là du jury, le remarque et lui propose un poste d’assistant à ses côtés. C’est alors que le rêve commence.

Outre le poste de directeur artistique pour la Maison Chanel que Karl Lagerfeld occupait depuis 36 ans, il était également directeur artistique chez Fendi depuis 1965, puis de sa marque éponyme.

Grand couturier, photographe, illustrateur, modéliste, costumier, réalisateur et éditeur, Karl Lagerfeld, personnage plus grand que nature, ne laissait personne indifférent, tant par sa forte personnalité flamboyante, son sens de la repartie que son excentricité légendaire. Sa fille Choupette Lagerfeld, un chat de Birmanie est probablement l’animal le plus gâté et choyé au monde.

Surnommé à juste titre le Kaiser, l’empereur de la mode, il a marqué profondément cet univers au milieu du XXe siècle et, ce jusqu’à tout récemment. Son legs est inestimable.

DCF 1.0

Lors de son passage au Festival Mode et Design en 2017, Hervé Léger dit Leroux, qui a travaillé en compagnie de Lagerfeld, a bien résumé l’impact de son travail. Après le décès de Gabrielle Chanel en 1971, cette maison de couture était plutôt moribonde. Lors de l’arrivée de Karl Lagerfeld en 1983, la magie s’est tout de suite opérée.

Qualifié par Hervé Léger de génie, Karl Lagerfeld a eu cette capacité et ce talent, au fil des décennies, d’être capable de capter l’air du temps à chaque collection, de conserver l’héritage laissé par mademoiselle Chanel, d’en faire une lecture juste, une vision de la mode, une façon de se vêtir propre à chaque époque en réactualisant ainsi année après année chaque pièce iconique des créations de Gabrielle Chanel telle que son célèbre tailleur coupé en tweed et gansé tout en y ajoutant cette touche de modernité et d’audace tant appréciée par sa clientèle. Travail qui relança la marque de façon remarquable.

Toujours élégantes, actuelles et féminines, les collections de la Maison Chanel ainsi que les spectaculaires défilés de mode présentés à Paris captent l’imaginaire collectif.

Bref, mardi passé, c’est un très grand nom de la mode, un brillant créateur et directeur artistique qui nous a quittés.

Maison Chanel

Sources recherches : Wikipédia, l’encyclopédie libre

Karl Lagerfeld

Photographie : Camélia japonais, Wikipédia, l’encyclopédie libre, mars 2005.

Le camélia était la fleur fétiche de Gabrielle Chanel.

Carl Lessard, photographe, se raconte

DSC00676

Le 13 février 2019, Stéphane Leduc, journaliste mode bien connu recevait en conférence, au Musée McCord de Montréal, le grand Carl Lessard, photographe mode émérite.

DSC00697

Lors de cet entretien, Carl Lessard a relaté des moments de sa longue carrière, qui s’échelonne sur 26 ans de succès, et a partagé avec un public charmé plusieurs anecdotes de parcours professionnel.

LOVE est le mot qui le définit le mieux, love pour l’amour de ses images telles que des poèmes qu’il dédie.

Autodidacte, il aimait, dès son jeune âge, observer les belles filles et il a débuté son parcours en travaillant le portrait portant ainsi un regard affectueux envers autrui.

DSC00694

Jusqu’à ce jour, il a photographié de nombreuses célébrités. Xavier Dolan, Catherine Vanasse, Ève Salvail, Céline Dion, Carole Laure, Laura Fabian, Marc Labrèche et Armand Vaillancourt, ne sont que quelques noms qui se sont laissé apprivoiser par l’oeil agile de sa caméra.

Carl Lessard est constamment à la recherche d’images fortes et d’émotion pure. Pour réaliser ce tour de force, il est nécessaire que le sujet photographié soit totalement en confiance, que cette personne s’abandonne complètement lors de la séance photo telle une expérience gratifiante. C’est alors que celle-ci sera en mesure d’exprimer tout son potentiel photogénique afin d’en être comblé.

DSC00765

DSC00757

Le travail de Carl Lessard consiste en cette capacité de capter une image réelle en 3 dimensions afin de la rendre viable en 2 dimensions. Par son oeil aiguisé et sa longue expérience, aujourd’hui, il affirme être capable de traduire aisément ce concept. Et les meilleures photographies sont celles ou l’émotion du sujet est bien palpable.

DSC00724

La photographie de mode masculine est également fascinante pour lui, car ce qu’il apprécie particulièrement des personnalités photographiées est cette beauté sauvage et naturelle qui en émane.

Passionné par son art, Carl Lessard capte, avec son kodak comme il l’appelle, environ 2000 images par jour. Clichés qui lui permettent ainsi d’exprimer pleinement son potentiel artistique et de s’abandonner totalement à son art.

DSC00770

Il adore de plus travailler les animaux en tant que sujet complexe, car ceux-ci représentent, on s’en doute bien, tout un défi de patience et de temps afin d’obtenir l’instant magique, ce moment de pur bonheur.

DSC00780

DSC00760

Bien sûr que la venue du téléphone intelligent à changer grandement le travail de photographe. Par le passé, les belles et grandes images proposées dans les magazines de mode étaient fabuleuses et superbes à regarder, car elles dégageaient cette émotion si importante en photographie. Aujourd’hui, il en est tout autrement.

Pour Carl Lessard, l’humilité est de mise et est une grande qualité à développer dans ce domaine. Il est primordial pour lui de respecter la limite émotionnelle des gens qu’il photographie.

Le bon photographe est celui qui est capable de laisser son propre ego de coté. Il est essentiel de se connaitre soi-même avant de capter une image d’autrui confit t-il, de faire cette recherche intérieure de soi à savoir qui l’on est véritablement. Il remarque d’ailleurs apprendre beaucoup des gens qu’il photographie.

DSC00719

Ses images en noir et blanc sont sublimes et sont de véritables oeuvres d’art. Bref des moments mémorables passés en sa compagnie !

Photographies  : Travail personnel des oeuvres de Carl Lessard, Musée McCord, Montréal, 13 février 2019.

Entretien avec Carl Lessard, photographe mode

Le 13 février prochain au Musée McCord de Montréal, dans le cadre de la série, La Mode au Musée, Carl Lessard photographe émérite, s’entretiendra avec Stéphane Leduc, journaliste bien connu chez Dress To Kill Magazine, de son parcours et de sa profession en tant que grand photographe de mode.

Inspiré par l’énergie et la sensibilité que dégagent ses sujets ainsi que des moments qu’il partage avec eux, Carl Lessard réalise, chez Mom Industries, notamment de superbes photographies de mode et de personnalités connues. Il capte des portraits de personnes authentiques de par leur grande force intérieure et leur détermination. Portraits qu’il collectionne et archive par la suite dans le cadre d’un projet personnel nommé Faith.

Ses photographies noir et blanc sont fabuleuses, donc bien hâte de l’entendre !

Entretien avec Carl Lessard

Mom Industries

Viva Las Vegas pour mmode

 

mmode_mission las vegas 2019

Pour une deuxième année, du 5 au 7 février prochain, mmode participera à l’événement MAGIC 2019 soit la plus importante foire commerciale de la mode en Amérique du Nord. Pour cette occasion, plus de 50 sociétés et marques montréalaises participeront à cette grande mission commerciale qui se déroulera au Mandalay Bay Convention Center à Las Vegas.

Propulsé par la grappe métropolitaine de la mode, cet événement permettra à ces entreprises de présenter aux acheteurs professionnels du milieu leurs prochaines collections automne/hiver 2019 afin d’exporter leurs produits modes aux États-Unis.

Parmi ces marques notons la présence de Boston Traders, Claudel Lingerie, Joseph Ribkoff, LAMARQUE, Laren Perre design, Ruelle, Toboggan Canada, Lola Jeans, MARIGOLD, Mellow Design, Parasuco, Vêtements Peerless et Yoga Jeans.

Organisé par la firme Informa, cette grande foire commerciale rassemblera, cette année, plus de 4 000 exposants dont plusieurs grandes marques internationales ainsi que 58 000 visiteurs venus de partout dans le monde afin de découvrir notamment l’originalité, le dynamisme et l’authenticité des marques québécoises dans le but de renforcer le leadership de Montréal en tant que plaque tournante de la mode explique madame Debbie Zakaib, directrice générale de mmode.

C’est grâce à l’appui d’Export Québec et la collaboration stratégique de la Ville de Montréal, Tourisme Montréal, Montréal International, Richter, TVA Publications, Le Cirque du Soleil et Informa que les créateurs québécois, fabricants, distributeurs et détaillants du domaine de la mode bénéficieront de cet événement pour présenter leurs collections, rencontrer des acheteurs potentiels et créer de nouvelles occasions d’affaires.

L’industrie québécoise de la mode bénéficiera également d’une exceptionnelle vitrine d’exposition des plus dynamiques par la signature d’une marque distinctive nommée : #mtlstyle. Très bien positionnée au cœur du plus grand carrefour du Mandalay Bay Convention Center, cet espace dédié à la mode québécoise se voudra une plateforme de choix afin de mettre en lumière la créativité et le savoir-faire montréalais en plus d’enrichir l’expérience des acheteurs et influenceurs explique également madame Zakaib.

L’industrie de la mode, pilier stratégique de l’économie québécoise,  est fort dynamique et Montréal fait partie des trois grandes villes en Amérique du Nord au chapitre de la fabrication de vêtements incluant les villes de New York et Los Angeles.

Dans ce contexte, la mission commerciale MAGIC 2019 propulsée par mmode prend tout son sens. Bon succès à tous les participants !

Source image : mmode

mmode – MAGIC 2019

Une brise printanière souffle sur Montréal

Pour sa nouvelle collection P/E 2019, Pretty Ballerinas est fier de dévoiler le tout nouveau visage officiel de cette saison qui est la belle princesse Olympia de Grèce, mannequin professionnel et membre de la famille royale grecque.

catalogue couvertue

Pretty Ballerina lance également une nouvelle collection capsule intitulée Pretty Ballerinas Eyewear qui est disponible dès maintenant à la boutique de la rue Victoria à Westmont et via le site Web. La ravissante collection de chaussures sera bientôt en magasin et disponible en ligne à partir de la mi-février.

lunettes hr

Toujours des moments fashion de purs bonheurs que d’admirer les nouveautés en matière d’élégance pour le pied et cette saison ne fait pas exception.

C’est donc un coup de cœur perso pour ces mules à talons aux jolis motifs floraux et heureux pompoms colorés. Mules qui allongent la jambe et procure une allure élégante et sophistiquée à toutes celles qui les porteront.

mules fleurs et pompoms

Autre coup de cœur perso pour ces scintillantes mules en paillettes dorées. Elles brilleront de mille feux lors des chaudes soirées d’été venues et procureront ainsi charme, sophistication, élégance et belle allure décontractée.

mules paillettes

mules paillettes et princesse

Les sandales coupées à bout carré auront la cote cet été et celles-ci sont fabriquées en cuir doré. Il y a bien longtemps, dans l’antiquité, chez les Grecs, ces sandales étaient portées avec une longue toge. Aujourd’hui, ce type de sandales, dernier cri, permet entre autres d’accessoiriser à merveille une longue robe soleil colorée et froncée.

sandales bouts carrés hr

sandales bouts carrés

Remarquable attitude aussi pour toutes celles qui porteront, l’été prochain, ces immenses lunettes de couleur rouge franche, car elles procureront une allure de starlette assumée définitivement au goût du jour.

lunettes rouges et princesse

Bref, deux rafraîchissantes collections afin de coordonner sa garde-robe avec style et modernité !

Crédit photos : Mario Sierra

392, avenue Victoria, Westmont, Québec, H3Z 2N4

Pretty Ballerinas

Une nouvelle adresse pour un charme renouvelé

façade 80 laurier ouest (1)

Depuis plus de 20 ans, la boutique Maison Ariane Carle avait pignon sur rue sur le boulevard Saint-Joseph à Montréal. Belle nouvelle, car celle-ci a ouvert ses portes le 7 janvier dernier dans son tout nouveau local qui est maintenant situé au 80 de la rue Laurier Ouest à Montréal.

intérieur boutique

Pour un univers renouvelé, cette nouvelle boutique occupe trois étages qui, au rez-de-chaussée accueille les collections de prêts-à-porter, à l’étage principal, un salon de la mariée et au 3e étage de la boutique est situé l’atelier de confection.

La Maison Ariane Carle offre notamment de somptueuses robes de mariée créées par cette maison ainsi que des collections de marques prestigieuses telles que Pronovias et Mikaella.

ariane carle mariage-iris-b1

L’offre commerciale comprend donc les robes de mariée, les robes de la mère de la mariée, les robes de soirée de marques Maison Ariane Carle, Frascara, Wayne Clark, et le prêt-à-porter de marques Crea, Cambio. Outre, ces belles créations, la maison offre un atelier de confection pour les retouches et les ajustements.

ariane carle mariage-iris

Maison Ariane Carle

Maison Ariane Carle

Crédit Photos vêtements : Julie St-Georges

Mannequin : Isabelle Giroux